Site web 15 questions essentielles

15 QUESTIONS ESSENTIELLES A SE POSER AVANT DE SE LANCER DANS UN PROJET DE SITE WEB

NB : Cet article est également disponible sous forme de guide pdf, disponible en téléchargement gratuit sur ce lien

[JE M’ABONNE POUR RECEVOIR LES PROCHAINS ARTICLES DU BLOG]

  1. Pourquoi est-il pertinent d’avoir un site ?

Vous êtes commerçant, artisan, travailleur indépendant, responsable d’une PME, TPE ? Alors oui, avoir votre propre site internet est non seulement pertinent, mais c’est même aujourd’hui incontournable. Vos concurrents, qui présentent déjà leur activité sur internet, ont un avantage indéniable et prennent des parts de marchés en étant plus visibles, plus faciles à trouver, plus crédibles.

Imaginez bien qu’un simple mot clé tapé dans Google et ils apparaissent, de jour comme de nuit, sur l’écran d’un client potentiel. Sans rien faire. Sans aucun coup de fil et sans aucun prospectus dans la boîte aux lettres.

N’oubliez pas que le premier réflexe des français est d’effectuer leur recherche sur internet.

Un site internet bien pensé agit donc comme un commercial qui aurait de supers pouvoirs, en travaillant 7J/7 et 24h/24, mais sans avoir à lui verser le salaire équivalent à cette charge de travail !

Il faut donc voir la création de votre site web comme un investissement et non comme une dépense, car ce sera le point de départ d’une augmentation de votre chiffre d’affaires.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes (source FEVAD 2016-2017) :

  • 84% de la population française est connectée à internet
  • Le chiffre d’affaire du e-commerce (vente sur internet) a été multiplié par 8 entre 2005 et 2015 pour atteindre 70 milliards d’euros en 2016

Autres points importants : vous allez pouvoir communiquer sur votre entreprise, créer un lien avec vos clients, bénéficier de leurs retours pour améliorer vos services ou vos produits. Vous aurez un espace plus personnel qu’une page facebook, qui vous représentera mieux, avec vos couleurs, vos valeurs, pour véhiculer votre image. Et avec votre propre nom de domaine.

Il se peut également que ce ne soit pas votre activité professionnelle, mais un hobby, une passion, des compétences particulières dans un domaine, que vous avez envie de partager avec un public ? Un blog est un bon moyen de vous créer une audience, de fédérer des gens autour d’un projet ou d’une cause. Un photographe amateur choisira de se créer un portfolio de ses meilleures photos. Un musicien pourra proposer sur son site des vidéos de ses concerts, sa discographie avec des mp3 à vendre en ligne, tout ça sur son propre site avec son nom, en s’affranchissant des plateformes plus ou moins pérennes. Couplé avec vos réseaux sociaux, le site web augmente votre visibilité pour toucher encore plus de monde.

  1. Quel est mon public cible ?

Cette question est importante, car on ne construit pas un site de la même manière, avec les mêmes codes esthétiques ou le même style de navigation, lorsque le site est à destination de jeunes étudiants de 18-25 ans, ou s’il est destiné à des clients à la recherche d’une image de marque sur un produit haut de gamme. Il est donc impératif de savoir à qui l’on s’adresse pour s’adapter à son audience, pour fournir le fond et la forme qui va leur plaire, les attirer sur votre site et les pousser à revenir.

 

  1. Vais-je vendre en ligne des produits ou des services ?

Un site e-commerce ne sera pas foncièrement différent d’un site qui ne propose pas de vente en ligne, à première vue, hormis un item intitulé « Boutique » que l’on peut trouver dans le menu, par exemple. C’est pourtant un élément à prendre en compte au début de votre projet, qui va avoir un lien direct avec le budget global à prévoir. En effet, une boutique en ligne demande l’intégration de module d’e-commerce, du paramétrage supplémentaire, des tests de bon fonctionnement beaucoup plus pointus, une navigation sécurisée, autant d’éléments qui vont faire grimper le tarif. Il est donc judicieux de se demander si l’investissement de départ vaut vraiment la peine, c’est-à-dire si la vente de vos produits ou services vont permettre de rentabiliser le coût de votre boutique en ligne, à court ou moyen terme.

 

  1. Dois-je me contenter d’un site vitrine (simple présentation de mon activité) ?

Si vous savez que vous ne proposerez rien à vendre sur votre site, la question à vous poser ensuite est la suivante : « Ai-je besoin sur mon site d’un contenu plus important qu’une page de présentation de mon activité, une page sur laquelle je me présente, et un formulaire pour me contacter ? » Si la réponse est non, alors un site dit « vitrine » est suffisant. Il permet de vous assurer une visibilité sur internet, en proposant le minimum vital, les informations essentielles à fournir à votre public. Il sera conçu plus rapidement et le budget à y consacrer sera considérablement réduit.

 

  1. Mon site sera-t-il en français, ou multilingue ?

Si vous projetez de vendre vos produits ou services à l’international, il est intéressant de (faire) traduire l’intégralité de votre site pour qu’il soit accessible aussi en anglais, qui reste la langue universelle. Selon votre domaine d’activité ou selon votre marché, certains pays peuvent être de gros clients potentiels. Stratégiquement, leur proposer un accès à votre site dans leur langue montre que vous les prenez particulièrement en considération.

Dans la plupart des cas, si votre marché est essentiellement français ou européen, le français pourra suffire.

Il faut savoir également que la traduction complète d’un site peut se révéler onéreux, et qu’il est parfois difficile de trouver de bons traducteurs, notamment lorsque vous évoluez dans un domaine qui utilise un vocabulaire technique précis.

Attention à ne pas céder à la tentation et à la facilité avec un copier-coller de votre texte dans Google Translate ou tout autre outil en ligne du même acabit. Totalement déconseillé, car même si le vocabulaire n’est pas très technique, la précision de la traduction sera le plus souvent approximative ou fantaisiste, et votre crédibilité pourrait en subir les conséquences directes.

En conclusion, le choix de proposer plusieurs langues pour visualiser son site doit être mûrement réfléchi.

  1. Y aura-t-il des interactions entre mon site et les visiteurs ?

Dans le cas d’un site institutionnel, de présentation d’une activité professionnelle, le contenu de votre site aura vocation à être plutôt statique. Mais parfois, vous aurez besoin d’interagir avec vos visiteurs. Par exemple, en mettant en place un sondage, un article qui appelle à des commentaires (c’est typiquement le cas du blog), mais aussi en proposant des fichiers à télécharger (mp3, pdf…) ou à uploader, ou encore un formulaire de réservation pour une location saisonnière, un restaurant ou un cours de yoga. Vous aurez peut-être envie également de fournir à vos visiteurs un accès privilégié à votre site, sur une partie du contenu. Dans ce cas, il faudra peut-être envisager la création d’un espace membre. Il est indispensable de prendre en compte ces fonctionnalités dès le début, car selon la complexité de la demande, l’impact sur la facture pourrait ne pas être négligeable.

 

  1. Mon site aura-t-il du contenu multimédia (sons, vidéos) ?

Un site qui ne contient que de longs paragraphes de texte peut apparaitre comme austère et se révéler ennuyeux à la lecture. Il est par conséquent important d’illustrer le propos avec du contenu multimédia. Par exemple : une image pour souligner un point important, une vidéo pour montrer l’utilisation d’un produit, un lecteur pour diffuser une playlist au format mp3, etc. On trouve assez facilement des photos ou des illustrations de bonne qualité, que l’on peut télécharger et utiliser gratuitement, sur des sites tels que www.pixabay.com ou www.stockvault.net. Une photo bien choisie et utilisée à bon escient apportera une touche professionnelle à votre site. Il faut toutefois garder en tête que les images, les photos, et les fichiers audio seront généralement stockés sur votre hébergement. L’espace devra être dimensionné en conséquence. Si vous insérez des vidéos, il est préférable de les héberger sur des plateformes dédiées (YouTube, Vimeo…). Ainsi, sur votre site, ce sera simplement un lien qui permettra d’afficher les vidéos, pour économiser du volume sur votre hébergement.

  1. Dois-je proposer une version de mon site accessible sur smartphone et tablettes ?

Pour répondre à cette question, il suffit de partir du constat suivant (source Fevad 2016-2017) :

  • 94% des sites proposent une version mobile de leur site e-commerce
  • Entre 20% et 30% des ventes sur internet se font à partir de tablettes ou de smartphones

Il est donc impératif aujourd’hui de proposer un site qui soit « responsive ». C’est le terme qui désigne un site web que l’on peut consulter sur un ordinateur de bureau, mais également sur une tablette ou un smartphone. La mise en page s’adapte automatiquement, pour que le contenu soit visible quel que soit le terminal utilisé. Votre site sera alors accessible par le plus grand nombre, n’importe où et n’importe quand. Aujourd’hui, la plupart des prestataires prévoient de développer votre site en « responsive design ».

 

  1. Dans quel délai mon site doit-il être en ligne ?

Dans la mesure du possible, il faut an-ti-ci-per ! Selon l’envergure de votre projet, vous verrez que plusieurs semaines peuvent passer entre le moment où vous décidez d’avoir votre propre site web, et le moment où il sera en ligne et totalement opérationnel.

Il n’est pas du tout recommandé de mettre en ligne des pages dont le contenu n’est pas prêt, en indiquant « disponible prochainement » ou « site en travaux », même agrémenté d’une image. En revanche, il se peut que votre nom de domaine et votre hébergement soient disponibles bien avant que le site soit en ligne. On peut alors tolérer d’avoir une page d’accueil qui indique que le site sera disponible bientôt, en précisant si possible une date, et en proposant aux visiteurs de laisser leur email pour être avertis dès l’ouverture.

Dans tous les cas, il ne faut pas précipiter le projet en rognant sur la qualité finale, ou en laissant de côté des étapes importantes en se disant que l’on y reviendra plus tard : test de l’intégralité du site, référencement, sécurité… Prévoyez donc large, soyez raisonnable, et faites vous préciser par le prestataire une date estimée de mise en ligne.

 

  1. Quel budget y consacrer ?

La question du budget est bien souvent au cœur du sujet, à cause des disparités que l’on peut trouver dans les tarifs proposés pour un même projet.

Pour le même site à créer et avec une qualité finale identique, le prix demandé par un développeur freelance ou celui demandé par une agence web peut varier sur une échelle de 1 à 10 ! Dans le deuxième cas, il pourra éventuellement être réalisé plus rapidement car certaines parties du site seront réparties entre plusieurs personnes (graphiste, intégrateur…), alors que le freelance est seul par définition. Attention à trouver un juste milieu, et à autant vous inquiéter d’un prix exorbitant que d’un prix dérisoire.

Par exemple, il est totalement délirant de payer 2000 ou 3000€ un site vitrine ! Ou 5000€ un portfolio pour photographe. A moins que ces prix soient justifiés par des fonctionnalités totalement insolites ou très compliquées à intégrer. Comme il est également aberrant de payer un site complet 200€ sans facture parce qu’un étudiant peut vous faire ça « pour pas cher ». L’économie faite au départ est vite regrettée lorsqu’il s’agit de faire intervenir en urgence un professionnel.

L’idéal est donc de faire fonctionner le bouche à oreille. Repérez par exemple sur internet des sites qui ressemblent à celui que vous aimeriez avoir. Et via le formulaire de contact généralement présent, n’hésitez pas à demander au propriétaire des renseignements sur la qualité de la prestation, son prix, la réactivité du support, le délai de réalisation… et si globalement il est content de son site !

N’oubliez pas que votre site internet va vivre plusieurs années. Il devra être maintenu à jour et sauvegardé régulièrement, sécurisé contre les attaques quotidiennes… Il est souhaitable de disposer d’une garantie et d’une assistance technique en cas de besoin, car la relation avec la (les) personne(s) qui auront développé votre site ne s’arrête pas au moment de la livraison et de la mise en ligne. Au contraire, c’est là que tout commence…

En conclusion, il est préférable d’attendre un peu et d’avoir le budget suffisant, pour trouver un partenaire de confiance, plutôt que de se lancer dans un projet dans lequel on sait d’avance qu’il faudra faire des concessions.

Pour illustrer mon propos, le dessin suivant résume de manière humoristique la réalité des échanges que peuvent avoir certains clients avec leur prestataire.

 

  1. Comment être bien référencé sur Google ?

Avoir son propre site, c’est bien. Mais si l’adresse de votre site n’est connue que par vous-même, votre famille et quelques amis, avouez que ce n’est pas vraiment satisfaisant. Être visible est donc indispensable ! Une étape extrêmement importante dans le développement de votre site sera donc le travail sur le référencement. La pertinence des mots clés ou des titres de toutes vos pages sera déterminante dans la position que vous occuperez dans les résultats des moteurs de recherche. Mais pas seulement. La vitesse de chargement de votre site, la qualité du code, la capacité de mise en cache des images, les adresses sécurisées (https) sont autant d’éléments qu’il faudra vérifier et ajuster. Il existe pour cela des outils spécifiques qui seront utilisés par le développeur.

Votre référencement sera ainsi optimisé. Votre site montera dans les résultats de recherche, il sera davantage visité. Et plus le trafic augmente, plus les moteurs de recherche le classeront en bonne position. La boucle est bouclée. C’est un cercle vertueux.

 

  1. Comment faire vivre et évoluer mon site ?

Comme je l’ai dit précédemment, une fois qu’il est mis en ligne, votre site sera probablement amené à évoluer au fil du temps. Vous publierez vous-mêmes de nouveaux articles pour avoir de nouveaux commentaires s’il s’agit d’un blog. Si vous vendez vos produits sur votre site, il faudra parfois ajouter de nouvelles références, en supprimer, gérer des stocks et des commandes, modifier des prix ou proposer des promotions. Mais ça peut être aussi changer de temps en temps les photos d’un diaporama en page d’accueil, pour que les visiteurs réguliers voient que le site est régulièrement mis à jour.

Pour faire simple, vous disposez globalement de deux solutions possibles :

  • Externaliser la gestion de votre site, avec un webmaster qui s’occupe des évolutions et des mises à jour, avec une fréquence définie à l’avance de manière contractuelle. Soit sous forme d’abonnement, ou sous forme de tickets d’intervention.
  • Être formé pour être en mesure de gérer vous-même les évolutions courantes de votre site, en accédant à différentes fonctionnalités de l’interface d’administration.

Chacune de ces solutions a ses avantages et ses inconvénients. La première a un coût récurrent (mensuel ou annuel suivant les forfaits proposés) mais vous décharge complètement des préoccupations liées à la gestion de vote site, et vous permet de rester concentré sur votre cœur de métier. La seconde a un coût ponctuel (parfois intégré dans le tarif global de la réalisation de votre site) mais vous permet de garder la main sur votre contenu, en offrant davantage de souplesse lorsque vous avez besoin de le modifier.

Ces points sont à préciser dès l’établissement du devis, en fonction de vos souhaits et de la façon d’envisager la suite.

 

  1. Comment choisir un nom de domaine et un hébergement ?

Le nom de domaine correspond à l’adresse qu’il faudra taper dans le navigateur internet pour atteindre votre site.

Par exemple : www.mon-nom-de-domaine.com

Avoir son propre nom de domaine permet de le personnaliser, pour donner une image sérieuse et professionnelle à votre activité et renforcer votre crédibilité.

Par exemple : www.antoine-durand.fr

L’hébergement correspond à l’espace qui vous sera alloué sur les serveurs de l’hébergeur pour installer votre site. Il est important que cet espace soit dimensionné correctement, en vous faisant conseiller, pour trouver le forfait qui correspond le mieux à votre projet.

Il existe de très nombreux hébergeurs, qui proposent des formules avec nom de domaine et hébergement. On trouve des hébergeurs relativement fiables pour 3 à 4 euros par mois. Il est conseillé d’en choisir un qui a pignon sur rue et une bonne renommée (OVH, Amen, 1&1…). L’accessibilité de votre site 24h/24 en dépend.

 

 

 

  1. Comment faire venir des visiteurs sur mon site ?

On a parlé précédemment du référencement, qui doit être fait dans les règles de l’art pour que votre site apparaisse en bonne position sur les moteurs de recherche. Mais ça ne doit pas être le seul moyen de vous trouver. Il ne faut surtout pas négliger la puissance des réseaux sociaux, qui peuvent relayer très rapidement une information, et mener jusqu’à votre site.

Il est donc conseillé de poster régulièrement un lien vers votre site sur facebook, twitter, google+, youtube ou tout autre réseau sur lequel vous détenez un profil.

Le bénéfice est double :

  • Vous augmentez le trafic vers votre site, grâce à une audience complémentaire à celle qui vous trouve naturellement via les moteurs de recherche. La qualité de votre post (qui doit donner envie à votre audience de cliquer sur le lien), et éventuellement l’achat de trafic, permet d’accroitre de manière significative le nombre de visiteurs sur votre site. A noter qu’une vidéo sera souvent encore plus performante qu’un simple texte.
  • Des liens qui pointent vers votre site sont très appréciés par les moteurs de recherche. Ces liens « référents » leur suggèrent que votre site intéresse d’autres sites. Cela se manifeste directement par une meilleure position dans les résultats de recherche.

Enfin, profitez de la moindre opportunité pour rendre visible l’adresse de votre site web :

  • dans la signature de vos mails,
  • dans les newsletters destinées à vos listes de contacts
  • sur vos cartes de visite
  • sur vos flyers, prospectus…

 

 

  1. Est-ce une bonne idée de le réaliser moi-même ?

Certains sites ou hébergeurs proposent des solutions pour réaliser soi-même son site. Même sans avoir de grandes connaissances en informatique, vous serez capable d’élaborer un site assez simple, à travers des outils graphiques, qui pourront suffire à un certain public.

Un cadre assez strict sera défini et vous serez tenus de rester dans des limites qui ne permettront pas forcément de construire un site complexe avec des fonctionnalités avancées. Vous ne disposerez pas de votre propre nom de domaine, mais les petits budgets pourront y trouver leur compte.

Si vous êtes complètement hermétique à l’informatique, il est évidemment plus raisonnable de vous tourner vers un prestataire.

Enfin, pour ceux qui n’ont pas de compétences particulières en informatique, mais qui souhaitent réaliser eux-mêmes leur site web ou leur boutique en ligne de A à Z, avec un rendu professionnel, sans aucune limite fonctionnelle, je propose une formation en ligne inédite.

Cette formation est le fruit de nombreuses réflexions sur les méthodes employées dans l’apprentissage en ligne (e-learning), et a été élaborée à partir de celle que je dispense aux étudiants de la « Digital School of Paris » (spécialité Digital Entrepreneuriat / MBA2).

Cette formation peut également être un bon point de départ pour celles et ceux qui souhaitent élargir leurs compétences, entamer une reconversion, ou devenir auto-entrepreneur en réalisant des sites web. Pour faire partie de la prochaine promotion de stagiaires, il suffit de vous inscrire sur ce lien.

Pierre-Olivier
L’Académie du Web


[JE M’ABONNE POUR RECEVOIR LES PROCHAINS ARTICLES DU BLOG]

Si vous avez aimé cet article,  n’hésitez pas à :

  • le partager à vos contacts sur les réseaux sociaux
  • m’ajouter sur facebook et twitter

Si vous voulez en savoir plus sur mon offre et sur la formation :